Flèche hautFlèche basVoir un profil - Calypso Kostas
les différentes animations
- défis : à venir
- thème avatar : à venir
- maj des fiches de liens : à venir
les anniversaires de décembre
01 : Lisa Jennings
10 : Calista & Thea Vryzakis
22 : Cassie Rhodes
24 : Julieta Beatriz Spinoza
25 : Ana Flügge
31 : Kara Helvar

Calypso Kostas
green tea
Aujourd'hui à 12:49
Date d'emménagement :
02/12/2018
Messages :
68
Factures payées :
81
Avatar :
selena gomez
Crédits :
bigbadwolf (avatar)
Pseudo / prénom :
Australia. (mathilde)

Vivre, ce n'est pas se résigner.
- C R O I R E -
Age :
vingt-cinq ans.
Pays d'origine :
A NY depuis :
Un peu plus de deux ans, sous prétexte d'y trouver le rêve américain.
Métier / études :
Ambulancière parmi les pompiers, ça permet de payer les factures, et ça ne demande pas de diplôme.
Logement :
Williamsburg Ouest, vivre dans une immense colocation c'est comme n'avoir jamais quitté l'asile.
Orientation sexuelle :
Elle a toujours trouvé les femmes d'un ennui mortel, toujours à se plaindre de tout et n'importe quoi. Jamais elle ne les a regardé comme elle l'a fait avec les hommes : hétérosexuelle.
Statut civil :
Entre quête de vengeance et courir après l'argent, son coeur est le cadet de ses ennuis. Mais si on vient à lui poser la question plus sérieusement, elle dit être pour la polygamie et le non partage des MST.
Champ libre :
 
T w o   I m p e r f e c t s  F a c e t s 
theora VS calypso
────────────────
E L L E - elle n'a jamais aimé le cinéma, c'est certainement parce qu'elle assimile ça à son père et que rien ne peut remplacer un livre ▪ elle a toujours gardé ce petit accent grecque ▪ elle pourrait dévorer des pizzas à tous les repas ▪ elle adore jouer à la console et mettre une toler à tous ceux qui disent "tu devrais ça aux grands" ▪ parano qu'on la retrouve, dehors elle met souvent des lunettes de soleil  ▪ elle ne parle jamais de sa famille, sous prétexte qu'ils sont tous décédés  ▪ quatre fois par semaine, elle se rend dans une salle de boxe et enfile les gans.
────────────────
H I S T O I R E - 01. Theora Venizélos, née à Santorin en Grèce, a immigré à L.A. en 1998. Enfant vivante, parfois débordante, on ne lui en avait jamais voulu jusque-là. Le tableau de famille était parfait. Son géniteur était devenu un producteur de cinéma convoité. Avec l’argent coulant abandonnement, l’image des Venizélos est devenue importante, et le moindre faux pas pouvait entacher son image et ruiner toute crédibilité. Pour autant, Theo n’a jamais suivi le mouvement, toujours turbulente, désireuse de découvrir ses limites. Ce n’était plus au goût du père. Les privations ne fonctionnant pas, les sanctions ont commencé à s’envenimer. Et puis, son corps était devenu un punching-ball dont on se sert après une mauvaise journée. Jamais elle n’a parlé, toujours à cacher la moindre trace.  02. Devenu la référence cinématographique, monsieur Venizélos a cru bon de pouvoir créer un deuxième royaume. Celui caché, mais qui arrive à rapporter plaisir et pactole : un empire du recollage. Des maisons closes se sont ouvertes discrètement à travers le monde, promettant aux plus riche de passer d’agréables moments en toute discrétion. Ses affaires auraient pu se dérouler à la perfection, mais c’était sans compter sur Theora et son flair. Malheureusement, sa découverte ne fut pas longtemps un secret. Il le su peu de temps après. Si la maltraitance physique n’arrivait pas à la remettre dans les rangs, alors il fallait la briser là où cela faisait d’autant plus mal : psychologiquement. 03. Le 17 mai 2013, le comble arriva alors qu’elle rentrait de l’université. On semblait l’attendre, caché dans une sorte de fourgonnette. Tout cela reste assez flou encore pour elle. Elle se souvient seulement du réveil brutal, une réalité tout autre de la sienne. Au fil des jours, elle comprit qu’elle fut internée par son père afin de la faire taire une bonne fois pour toute. On disait d’elle qu’elle était schizophrène avec des tendances d’automutilation. Ici, on lui interdisait tout contact avec le monde extérieur, lui faisait prendre des traitements la sédatant à longueur de journée. Seule, en pleurant toutes les larmes de son corps, elle subissait de mauvaises thérapies pires que les châtiments de son père. Ça aurait pu durer comme ça des années. Mais c’était sans compter sur cette trouvaille faite un peu plus de deux ans après son internement. Un téléphone. Discrètement, elle avait réussi à appeler sa soeur, lui expliquant où elle était depuis tout ce temps, l’alliant à sa cause. 04. Cela a demandé de nombreux mois avant que Leonora ne parvienne à trouver le moyen pour la faire sortir de l’hôpital. Theo ignore encore comment elle s’y est pris pour l’évasion. Elle lui fournissait une nouvelle identité : Calypso Kostas, une immigrée grecque nouvellement arrivée sur les terres américaines afin de trouver du travail. Theo allait devoir partir de rien, se reconstruire et mentir sur ce qu’elle est véritablement. 05. Cela fait désormais un peu plus de deux ans qu’elle est libre, lâchée dans le monde extérieur. Elle n’a pas perdu une minute de plus pour se rendre à New-York, et se cacher parmi les autres afin de rassembler toutes les preuves qui pourraient faire tomber son père. Elle sait qu’il la recherche toujours, qu’elle ne doit rien laisser derrière elle, mais elle souhaite le briser comme il l’a fait avec elle..
avatar
Envoyer un message privé
 
http://newyorkandchill.forumactif.com/t2988-caly-entre-quatre-mu
http://newyorkandchill.forumactif.com/t3048-vote-de-calypso
http://newyorkandchill.forumactif.com/t3056-carte-de-fidelite-de-calypso-kostas#80546